Motion contre la fermeture de la maternité de Creil

Manifestez votre soutien. Rassemblement devant la maternité à 17h30 le 4 avril , et manifestaion le 7 avril à 10 h devant l'hôpital de Creil.

Signez la pétition contre la fermeture de la maternité disponible dans les différents services municipaux.

 

 

 

Lors d'une réunion, le 5 décembre 2017, la direction du Groupe Hospitalier Public du Sud de l'Oise (GHPSO), le responsable du pôle Mère-Enfant et la présidente de la Commission Médicale d'Etablissement apprenaient au président du Conseil de Surveillance qu'ils envisageaient la fermeture de la maternité de Creil.

Le pôle Femme Mère Enfant du GHPSO héberge actuellement la première maternité de Picardie avec plus de 3 500 naissances par an réparties sur les deux sites : Creil et Senlis. Le service dispose sur Creil d'une unité de néonatalogie et de réanimation néonatale ce qui lui permet de prendre en charge les grossesses à haut risque et les nouveaux nés présentant des détresses graves (maternité de niveau 3). Sur Senlis, la maternité est de niveau 2 avec une unité de néonatalogie. Elle prend en charge les grossesses à risque modéré et les nouveaux nés nécessitant une surveillance particulière.

C'est une seule maternité de niveau 3, qui serait la plus importante de l'ex-région Picardie, qui est envisagée avec un service de néonatologie pouvant bénéficier de moyens supplémentaires. L'Oise ne compterait alors plus que quatre maternités publiques (Beauvais, Senlis, Clermont et Compiègne). Ce projet s'intègre dans une vaste restructuration des services du GHPSO avec la filière critique des urgences à Creil, et les interventions programmables et la chirurgie ambulatoire à Senlis. La direction justifie cette décision par des raisons d'économie (l'hôpital présente un déficit cumulé de 45 M€) et d'obsolescence des locaux sur le site de Creil.

Pourtant, il existe à Creil des locaux vides mais dont les travaux d'aménagement n'ont jamais été terminés sur décision de l'ARS et, alors même qu'elle avait validé le projet de construction du pôle Mère-Enfant.

Cette décision pose de nombreuses interrogations sur l'offre de soins au sein d'une des trois agglomérations de l'Oise comptant notamment cinq quartiers prioritaires « la politique de la ville », et une population dont les indicateurs de santé sont en deçà des moyennes nationales et régionales.

Des questions demeurent concernant le suivi des grossesses et les moyens de transports des patientes du bassin creillois vers Senlis. Même si la direction assure que le suivi des patientes pourrait s'effectuer à Creil, tous les médecins obstétriciens seraient à Senlis avec le risque qu'ils préfèrent assurer les suivis sur place plutôt qu'à l'hôpital Laënnec. Quant aux déplacements, ils seraient assurés en ambulance sans que la direction ne se prononce sur la faisabilité, ni sur le surcoût que représenterait cette mesure.

On peut également craindre pour l'activité, à plus long terme, de l'hôpital Laënnec qui s'est construit autour de la maternité. Ainsi, si toute la réanimation part à Senlis, la pédiatrie pourrait ensuite être divisée par deux. Le manque de moyens en personnel pourrait ensuite justifier la fermeture complète d'autres services.

Cette décision est inacceptable eu égard au bassin démographique de l'hôpital de Creil mais le serait tout autant si c'était la maternité de Senlis qui fermait.

Nous demandons donc le maintien du pôle Femme Mère Enfant du GHPSO sur les deux sites actuels de Creil et Senlis.

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal décide

D'APPROUVER cette motion et son contenu

D'EXIGER un moratoire pour la dette du GHPSO et le maintien d'un nombre suffisant de praticiens

DE DEMANDER audience auprès de la Ministre avec une délégation qui serait composée d'élu(e)s et de membres du Comité de Défense

ET D'ADRESSER cette motion à Monsieur le Premier Ministre et à Madame la Directrice de l'Agence Régionale de Santé des Hauts-de-France.

ADOPTE A L'UNANIMITE ET A MAIN LEVEE

Fait et délibéré à VILLERS-SAINT-PAUL, le 18 Décembre 2017

 

Services Public